Les métamorphoses des services de santé au travail

septembre 2015 - Santé et protection sociale

Titulaire du Master 2 Droit et Pratique des relations de travail et d’un doctorat de droit privé de l’université Panthéon-Assas (Paris II), André-Franck Jover est juriste au sein de la Caisse d’épargne, spécialisé en relations sociales. Il est également membre de la Commission « Santé au travail » de la Fondation Concorde.

Les données rassemblées par André-Franck Jover ne laissent aucun doute sur la réalité et l’ampleur du phénomène qui, à lui seul, justifie que soient rapidement prises des mesures énergiques.

Avec plus de 600 000 accidents du travail déclarés en 2013 et plus de 51 000 déclarations de maladies professionnelles, les services de santé au travail, par leur action pluridisciplinaire, jouent un rôle majeur au service de l’intérêt général pour un coût supérieur  à un milliard d’euros.

Perçus comme un frein à l’emploi et à la performance économique, oscillant entre les concepts d’aptitude et de prévention sans jamais trouver l’équilibre, l’histoire des SST témoigne du désamour dont ils sont l’objet. Matière protéiforme qui fait appel à de nombreuses disciplines au-delà du droit du travail, le droit de la santé et de la sécurité au travail se cherche une nouvelle logique.

A contre-courant des débats actuels, et défendant l’indispensable présence des partenaires sociaux, l’auteur s’engage sur des propositions pragmatiques en faveur d’une norme étatique, écrite et concertée. Il apporte une contribution éclairée aux nécessaires évolutions stratégiques de la médecine du travail afin de répondre aux attentes des salariés et des employeurs.

Septembre 2015

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer